Elder Jeffrey R. Holland est connu et aimé dans l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en tant que maître instructeur et puissant orateur. « Elder Holland pourrait lire une boite de céréales » est la façon avec laquelle un de mes amis à une fois exprimé son amour pour tout ce que les discours d’Elder Holland enseignent.  

Il est difficile de déterminer avec exactitude la raison pour laquelle tant de discours d’Elder Holland touchent autant de personnes. Mais je pense que sa maîtrise de la langue anglaise ainsi la puissance de son témoignage personnel et la sincérité de son amour pour les membres créée un style unique qui rend chacun de ses sermons émouvant et mémorable. Des discours classiques tels que « Un sacrificateur des biens à venir », « Sécurité pour l’âme » et « L’autre fils prodigue » sont impossibles à oublier.

Elder Holland sert en tant qu’Autorité Générale depuis plus de 25 ans, et son service en tant que dirigeant dans diverses fonctions au sein du département d’éducation de l’Eglise remonte à deux décennies avant cela. Ainsi, il a donné des dizaines et des dizaines de discours lors de conférences générales et de coins de feu dans les églises et les universités. Bien que beaucoup de ses discours soient bien connus et cités fréquemment, voici cinq des meilleurs discours d’Elder Holland que vous n’avez probablement jamais entendu :

  1. « Porté sur les ailes des aigles”

2 juin 1974 – Coin de feu à BYU

Donné peu après une visite d’Elder Holland dans une prison d’Utah, ce discours parle de la justice et de la miséricorde de Dieu et des différentes formes d’esclavage spirituel que nous nous infligeons parfois à nous-même.  

“Ce Livre de Mormon est un sacré livre ! J’ai trainé dans une école ou deux et lu des livres, à l’intérieur et à l’extérieur des bibliothèques. Je ne pensais pas qu’il existait un autre monde que celui à l’intérieur de mon espace de lecture, qui ne doit pas être confondue avec cet endroit ou vous mettez des vaches et des chevaux. Mais je n’ai jamais connu un livre, dans toute les recherches que j’ai faites et tous les livres que j’ai lus, qui affirmait avoir été apporté par un ange et traduit par le don et le pouvoir de Dieu, hormis le Livre de Mormon.

Peut-on aussi être accusés de prendre ce livre à la légère ? Certains d’entre nous le traitent pratiquement comme un livre quelconque : laissez-le amasser un peu de poussière ou faites-y sécher la rose du mariage de Mary Jane, utilisez-le comme butoir de porte dans le couloir, faites presque tout avec sauf le lire. Je pense que nous serons inculpés pour l’esclavage qui en résulte et que nous servirons une peine dans cette vie ou la prochaine pour ce que nous n’avons pas pu apprendre. Je ne peux pas passer toute la soirée là-dessus, mais souvenez-vous, dans le quinzième chapitre de Jean : ‘Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé.’ (Jean 15 :7)

des discours d'Elder Holland ont profondement touchés des gens

  1. “Le Messie gênant »

2 février 1982 – Coin de feu à BYU

Ce discours aborde les exigences liées au fait d’être un disciple et utilise des exemples de la vie du Seigneur pour nous encourager à repousser les offres de l’adversaire de tomber dans le « christianisme pratique ». 

“Je vous demande d’être patients avec les choses de l’esprit. Peut-être que votre vie a été différente de la mienne, mais j’en doute. J’ai dû lutter pour connaitre ma position devant Dieu. A l’adolescence j’ai trouvé qu’il était dur de prier et encore plus dur de jeûner. Ma mission n’a pas été facile. J’ai eu du mal en tant qu’étudiant, seulement pour découvrir que j’aurai encore du mal par la suite également. Dans ma fonction actuelle, j’ai pleuré et souffert pour être guidé. Il semble qu’aucun accomplissement digne de ce nom n’ai jamais été fait facilement pour moi, et peut-être qu’il en est de même pour vous, mais je vis depuis assez longtemps pour en être reconnaissant.

Il est ordonné que nous puissions connaitre notre valeur en tant qu’enfants de Dieu sans pour autant devoir nous lancer depuis le pinacle du temple. Tous, à l’exception de quelques êtres prophétiques choisis doivent œuvrer pour Dieu d’une façon très discrète et non spectaculaire. Et alors que vous travaillez pour le connaitre, et pour savoir qu’il vous connait ; alors que vous donnez de votre temps et de vos talents, en servant d’une manière discrète et désintéressée, vous trouverez en effet qu’il ‘donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; Et ils te porteront sur les mains »’ (Mathieu 4 :6). Cela pourra prendre du temps. Cela ne se fera pas vite, mais il y a une raison. Chérissez vos fardeaux spirituels parce que Dieu communiquera avec vous à travers eux et vous utilisera pour faire son œuvre si vous les supportez bien. »

“Si vous voulez qu’un fardeau soit allégé, je veux que vous imaginiez que j’ai une conversation personnelle, privée, dans une salle avec vous. Je veux vous aider si je le peux ». Par ces mots, Elder Jeffrey R. Holland invite chaque lecteur de son dernier livre à devenir un ami, à recevoir les instructions et des encouragements, des conseils et du réconfort, en toutes circonstances.

les discours d'Elder Holland aident beaucoup de monde

  1. « A portée de vos bras »

2 avril, 1983 – conférence générale

Dans ce discours, Elder Holland utilise une expérience personnelle puissante qu’il a eu quand il était jeune père pour illustrer le besoin pour tous les pères de rester proches de leurs enfants.

“J’ai repoussé les couvertures et j’ai couru vers le petit lit de camp métallique qui servait de lit à mon fils. Là, à genoux et en larmes, je l’ai pris dans mes bras et lui ai parlé alors qu’il dormait. Je lui ai dit que chaque père fait des erreurs sans le vouloir. Je lui ai dit que ce n’était pas de sa faute si j’avais passé une mauvaise journée. Je lui ai dit que quand les garçons ont 5 ans ou 15 ans, les pères parfois oublient et pensent qu’ils en ont cinquante. Je lui ai dit que je voulais qu’il soit un petit garçon pendant très, très longtemps, parce que dans trop peu de temps il grandirait et deviendrait un homme et ne jouerait plus avec ses jouets par terre quand je rentre du travail. Je lui ai dit que je l’aimais, lui et sa mère et sa sœur plus que tout au monde et que, quels que soient les défis que nous avons dans la vie, nous y ferions face ensemble. Je lui ai dit que jamais plus je ne retiendrais mon affection ou mon pardon pour lui, et jamais plus, je priais, il ne les retiendrait pour moi. Je lui ai dit que c’était un honneur d’être son père et que j’essaierai de tout mon cœur d’être digne d’une responsabilité si grande.

“Je n’ai pas été le père parfait que j’avais promis d’être cette nuit-là et les milles nuits avant et après cela. Mais je veux toujours l’être, et je crois en ce conseil plein de sagesse du président Joseph F. Smith :

“’Mes frères, … Si vous gardez vos enfants proches de votre cœur, à portée de vos bras ; si vous leur faites … sentir que vous les aimez … et que vous les gardez près de vous, ils ne s’éloigneront pas beaucoup de vous, et ils ne commettront pas de grands péchés.’ »

discours d'elder Holland: un moment toujours très attendu

  1. « Si votre témoignage n’est pas fort, appuyez-vous sur le mien”

6 mars, 1984 – Coin de feu à Rick’s College

Dans ce discours d’Elder Holland, alors qu’il était autorité générale, il invite les jeunes adultes qui pensent que leur témoignage n’est pas encore ferme, à s’appuyer sur son témoignage jusqu’à ce que leurs propres convictions soient plus sures.  

“Je ne sais pas si vous êtes aussi sûrs que vous le souhaiteriez concernant la véracité de l’évangile. Je ne suis même pas sûr que vous soyez sûrs de vouloir être sûrs. Ou que vous ayez cette certitude que vous pouvez voir chez votre voisin de droite ou celui de gauche. Peut-être en classe de religion, ou peut-être à l’église le dimanche, ou peut-être juste lors d’une conversation à table. Et peut-être que vous sentez…qu’on espère et demande des choses de vous, et dans un contexte tel que celui de Rick’s College ou BYU, qu’il existe de telles attentes visibles de votre fidélité et que dans votre cœur vous pourriez ne pas être surs.  

« Je ne sais pas exactement quelle a été votre expérience chez vous ou comment est votre famille, ou quelle est votre expérience personnelle dans l’Eglise. Si vous êtes des membres anciens, de longue date, la cinquième génération, ou nouveaux, la première génération de convertis. Toutes ces complexités sont rassemblées dans des endroits comme Rick’s College et BYU, et pourtant nous plaçons de réels espoirs en vous ; et nous voulons que vous viviez d’une certaine façon et nous voulons que vous croyiez en certaines choses. Et pourtant, dans votre cœur, vous n’êtes peut-être pas sûrs. Et je vous demande simplement de tenir bon. De ne pas abandonner si vous n’êtes pas absolument certains, si vous ne pouvez pas dire les choses avec toute la conviction que vous entendez peut-être chez d’autres, ou chez vos parents parce que vous avez été élevés dans ce genre de famille mais vous n’êtes pas encore à ce stade. Tenez bon. 

“Vous êtes un portrait que Dieu est toujours en train de peindre. Et à ce stade de votre vie, Il ne vous a pas encore fini. Et bien que vous ayez accès à certaines choses, dont ces sortes de convictions, ne rejetez pas tout pendant que vous attendez, pendant que vous réfléchissez, pendant que vous grandissez. »

Jeffrey R. Holland lors d'une conférence en Israël. Les discours d'Elder Holland sont toujours attendus.

  1. « Ne craignez pas, croyez simplement”

6 février 2015 – Coin de feu avec une Autorité Générale  

Dans ce discours d’Elder Holland, il encourage les enseignants à aider la jeunesse de l’Eglise à remplacer le doute et la crainte par la croyance et l’optimisme.

“Quand sœur Holland et moi nous sommes mariés, nous étions encore étudiants à BYU. Avec aucuns de nos parents pour nous aider financièrement, impossible d’imaginer toutes les études qu’il nous restait à faire, et avec un revenu combiné de 300€ le jour de notre mariage ! Ce n’est peut-être pas le moyen idéal de commencer un mariage, mais quel mariage cela a été, et nous aurions manqué tellement de choses si nous avions attendu ne serait-ce qu’un jour de plus après avoir su que ce mariage était juste. Bien sûr, il y a eu des sacrifices ; bien sûr, il y a eu des jours, des semaines et des mois agités ; bien sûr, il y a eu des nuits blanches. Mais je tremble en pensant à ce que nous aurions perdu si nous avions laissé notre peur nous conseiller, comme le président James E. Faust me l’a répété encore et encore et encore par la suite, que personne d’autre que moi devrait le faire. Que se serait-il passé si nous avions retardé notre mariage ? Qu’aurions-nous manqué ? Je continue de croire que la meilleure définition de l’amour marital est celle donnée par James Thurber, qui a dit simplement que l’amour est ce que vous vivez ensemble. Je serai éternellement reconnaissant pour ce que mon épouse (Pat) a été disposée à traverser avec moi, qu’elle n’ait pas ressenti que je devais avoir mon diplôme et une voiture et une maison et une carrière avant de pouvoir nous marier. »  

 

Nate Sharp est professeur au sein de la Mays Business School à l’université A&M au Texas et est actuellement l’évêque de la 3ème paroisse de College Station de l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Pour en lire plus à son sujet : aggielandmormons.org.


Article écrit par Nate Sharp et publié dans ldsliving.org sous le titre 5 Amazing Elder Holland Talks You’ve Never HeardTraduit par Samuel Babin. ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company

 

(Visited 249 times, 1 visits today)