« Car l’ homme naturel est ennemi de Dieu, et l’est depuis la chute d’Adam, et le sera pour toujours et à jamais, à moins qu’il ne se rende aux persuasions de l’Esprit-Saint, et ne se dépouille de l’homme naturel, et ne devienne un saint par l’expiation du Christ, le Seigneur, et ne devienne semblable à un enfant, soumis, doux, humble, patient, plein d’amour, disposé à se soumettre à tout ce que le Seigneur juge bon de lui infliger, tout comme un enfant se soumet à son père. »

Mosiah 3:19

Ce que disent les Ecritures sur l’homme naturel et comment le combattre

Le Roi Benjamin a organisé son célèbre discours (Mosiah 2-5) avec un modèle littéraire dont le but était de mettre en évidence et de confirmer certains enseignements. 1 Ses enseignements sur « l’homme naturel » se trouvent littéralement au cœur et au centre de son discours (Mosiah 3 : 19), indiquant son importance centrale. Dans ce modèle, Mosiah 3 : 18-19 forme un chiasme dans lequel des mots, phrases ou idées clés sont répété en ordre inverse. 2

Les hommes boivent de la damnation pour leur âme 
  A s’ils ne s’humilient
    B et ne deviennent comme des petits enfants
      C et ne croient que le salut a été, et est, et sera, dans et par le sang expiatoire du Christ, le Seigneur Omnipotent.
        D Car l’homme naturel
          E est ennemi de Dieu
            F et l’est depuis la chute d’Adam
            F et le sera pour toujours et à jamais
          E à moins qu’il ne se rende aux persuasions de l’Esprit-Saint
        D et ne se dépouille de l’homme naturel
      C et ne devienne un saint par l’expiation du Christ, le Seigneur
    B et ne devienne semblable à un enfant
  A soumis, doux, humble, patient, plein d’amour, disposé à se soumettre à tout ce que le Seigneur juge bon de lui infliger, tout comme un enfant se soumet à son père. (Mosiah 3:18–19)3

 

Ce modèle prend en sandwich l’état de l’homme naturel entre des paroles faisant référence à l’Expiation, au fait de devenir comme des petits enfants, et à l’humilité. Dans la deuxième moitié du modèle, la soumission devient un concept clé, avec les mots se rende, soumis et se soumettent (répété deux fois) apparaissant quatre fois. 4 Dans l’organisation générale de son discours, Benjamin met l’accent sur le fait que le nom du Christ est le seul moyen d’obtenir le salut, l’indiquant peu avant et peu après ce passage (Mosiah 3 : 17, 21)

La terminologie liée à l’enfance joue également un rôle important dans le discours de Benjamin. Son discours à son peuple est précédé de ses conseils pour ses enfants (Mosiah 1 : 2-8), et les formes au singulier et au pluriel de enfant, fils, et fille apparaissent 41 fois dans Mosiah 1-6. 5 Ce vocabulaire est important puisque Benjamin venait juste de couronner son fils, devenu roi (Mosiah 2 : 30). Dans l’ancien Israel, le roi devenait le fils ou l’enfant du Seigneur lorsqu’il était couronné. 6 Mais Benjamin a donné ce privilège à tout son peuple, déclarant :

Et maintenant, à cause de l’alliance que vous avez faite, vous serez appelés enfants du Christ, ses fils et ses filles ; car voici, aujourd’hui il vous a engendrés spirituellement ; car vous dites que votre cœur est changé par la foi en son nom ; c’est pourquoi, vous êtes nés de lui et êtes devenus ses fils et ses filles. (Mosiah 5 : 7)

le roi Benjamin parle de combattre l'homme naturel à son peuple

Doctrine et principes

Les bases de l’Evangile et du Plan de Salut son clairement et simplement exposées dans ce passage bref, écrit avec attention et bien organisé, placé en plein centre du puissant discours de Benjamin. Des doctrines et principes clés, tels que la Chute, le rôle du Saint Esprit, la repentance, et le pouvoir de l’Expiation, sont tous enseignés dans ce seul passage.

En raison de la Chute, tous sont naturellement des ennemis de Dieu. 7 La réalité de cette condition est mise en évidence au centre du modèle, mais ensuite le passage inverse ce point particulier et présente la soumission comme étant le seul moyen de surmonter la Chute. « L’ennemi de Dieu » doit « se rendre aux persuasions de l’Esprit Saint » et se soumettre en toutes choses, même si cela implique de supporter les fardeaux lourds. (Mosiah 24 :15)

La soumission peut se manifester de diverses manières. Par exemple, rendre service avec amour est une façon de surmonter les tendances égoïstes de l’homme naturel et de faire la volonté du Seigneur, comme expliqué par Elder Benjamin De Hoyos :

Nous pouvons soumettre notre chair à la volonté du Père quand nous oublions nos propres besoins et oublions notre propre confort ; lorsque nous passons du temps à visiter autrui, dont les nouveaux convertis qui ont besoin d’être « nourris par la bonne parole de Dieu » (Moro 6 :4) ; ou lorsque nous  allons «  au secours des faibles, fortifi[ons] les mains languissantes et affermis[sons] les genoux qui chancellent. » (D&A 81 : 5). 8

Le fait de nous soumettre humblement à la volonté du Seigneur est en fin de compte ce que se signifie se repentir. Après avoir cité Mosiah 3 :19, Elder Russell M. Nelson a enseigné : « Frères et sœurs, Cela veut dire la conversion ! La repentance est la conversion ! Une âme repentante est une âme repentie, et une âme convertie est une âme repentante. »

Au cours de ce procédé, le Saint Esprit “encourage” l’homme naturel à devenir un homme saint en se soumettant à Dieu. Pourtant, c’est seulement à travers le sang expiatoire du Christ le Seigneur tout puissant que la transformation de l’homme naturel en homme saint peut arriver. L’expiation même a été possible par la soumission du Christ à la volonté du Père (Mosiah 15 :2), et elle rend possible et purifie tous ceux qui se soumettent au Père. A travers la grâce expiatoire et l’œuvre du Christ, les personnes patientes renaissent, elles deviennent comme des enfants parce qu’elles sont désormais Ses enfants. 11 Elder D. Todd Christofferson en a rendu témoignage :

Je témoigne que si vous progressez sur le chemin de la renaissance spirituelle, la grâce expiatoire de Jésus-Christ enlèvera vos péchés ainsi que la souillure de ces péchés sur vous, les tentations perdront leur attrait, et à travers le Christ vous deviendrez saints, tout comme Lui et notre Père sont saints. 12

Lectures supplémentaires

Elder D. Todd Christofferson, “Naitre de nouveau,” Liahona, Mai 2008, 76–79.

Elder Russell M. Nelson, “Repentir et Conversion,” Liahona, Mai 2007, 102–105.

Elder Benjamin De Hoyos, “Book of Mormon Principles : Soumettre notre volonté à celle du Père,” Liahona, Juillet 2004, en ligne sur lds.org.

  • 1.Voir John W. Welch, “Parallelism and Chiasmus in Benjamin’s Speech,” in King Benjamin’s Speech: “That Ye May Learn Wisdom”, ed. John W. Welch and Stephen D. Ricks (Provo, UT: FARMS, 1998), 315–410.
  • 2.Welch, “Parallelism and Chiasmus in Benjamin’s Speech,” 319–324, 326–327, 350, 352, 373–376. Pour en savoir plus sur les chiasmes dans le Livre de Mormon, voir Book of Mormon Central, “Why is the Presence of Chiasmus in the Book of Mormon Significant? (Mosiah 5:10–12),” KnoWhy 166 (Aout 16, 2016). Ce chiasme fut l’un des premiers à être repéré dans le Livre de Mormon par Welch il y a cinquante ans le 16 aout 1967, et publié dans le livre de John W. Welch “Chiasmus in the Book of Mormon,” BYU Studies 10, no. 3 (1969): 69–83; voir aussi John W. Welch, “Chiasmus in the Book of Mormon,” in Chiasmus in Antiquity: Structures, Analyses, Exegesis, ed. John W. Welch (Hildesheim: Gerstenberg Verlag, 1981; reprint Provo, UT: Research Press, 1999), 198–210; John W. Welch, “Chiasmus in the Book of Mormon,” in Book of Mormon Authorship: New Light on Ancient Origins, ed. Noel B. Reynolds (Provo, UT: Religious Studies Center, 1982: reprint Provo, UT: FARMS, 1996), 33–52.
  • 3.Adapté du livre de Welch, “Parallelism and Chiasmus in Benjamin’s Speech,” 350, 352. Voir aussi, Donald W. Parry, Poetic Parallelisms in the Book of Mormon: The Complete Text Reformatted (Provo, UT: Neal A. Maxwell Institute for Religious Scholarship, 2007), 166.
  • 4.Voir D. Kelly Ogden, Verse by Verse: The Book of Mormon, 2 vols. (Salt Lake City, UT: Deseret Book, 2011), 1:314.
  • 5.Determiné en recherchant les termes enfant, fils, et fille dans le Livre de Mormon sur lds.org.
  • 6.Daniel Boyarin, The Jewish Gospels: The Story of the Jewish Christ (New York, NY: The New Press, 2012), 26–31.
  • 7.Voir Robert L. Millet, “The Natural Man: An Enemy to God,” in Mosiah, Salvation Only Through Christ, ed. Monte S. Nyman and Charles D. Tate Jr., The Book of Mormon Symposium Series, Volume 5 (Provo, UT: Religious Studies Center, Brigham Young University, 1991), 139–159; Rodney Turner, “The Great Conversion,” in The Book of Mormon, Part 1: 1 Nephi to Alma 29, ed. Kent P. Jackson, Studies in Scripture, Volume 7 (Salt Lake City, UT: Desert Book, 1987), 217–218.
  • 8.Elder Benjamin De Hoyos, “Soumettre notre volonté à celle du Père,” Liahona, Juillet 2004, en ligne sur lds.org.
  • 9.Elder Russell M. Nelson, “Repentir et Conversion,” Liahona, Mai 2007, 104.
  • 10.Turner, “The Great Conversion,” 218.
  • 11.John A. Tvedtnes, The Most Correct Book: Insights from a Book of Mormon Scholar, 2nd edition (Springville, UT: Horizon, 2003), 253.
  • 12.Elder D. Todd Christofferson, ““Naitre de nouveau,” Liahona, Mai 2008, 78.

Article publié sur BokkofMormonCentral sous le titre How Can One Overcome The Natural Man? et traduit par Samuel.

(Visited 169 times, 1 visits today)