Le Livre de Mormon est la clé de voute de notre religion

Le titre de mon discours aujourd’hui est :

“Le Livre de Mormon : Créé par l’homme ou envoyé par Dieu ?” (1) Parce que le Livre de Mormon est « la clé de voute de notre religion », comme l’a décrit Joseph Smith (2), la véracité de l’Eglise repose dessus.

Par conséquent, si on peut prouver que le Livre de Mormon a été créé par les hommes, alors l’Eglise a aussi été créée par les hommes. En revanche, s’il a été envoyé par Dieu, alors Joseph Smith était un prophète, et s’il était un prophète, alors l’Eglise de Jésus Christ des Saints des Derniers Jours est vraie. C’est aussi simple que ça.

Une fois que nous avons obtenu un témoignage du Livre de Mormon, toutes les questions ou défis auxquels nous sommes confrontés dans la vie, aussi difficiles soient-ils, peuvent être abordés avec foi, et non avec le doute. Pourquoi ? Parce que la clé de voute de notre religion, Le Livre de Mormon et son témoignage de Jésus Christ, est également devenu la clé de voute de notre témoignage, qui maintien notre témoignage bien en place.

Ainsi le Livre de Mormon est devenu le point d’attaque privilégié de bon nombre de nos opposants : réfutez le Livre de Mormon et vous réfutez l’Eglise et discréditez des témoignages.

Mais ce n’est pas une tâche facile. En fait, c’est impossible parce que le Livre de Mormon est vrai. Onze témoins en plus de Joseph Smith, ont vu les plaques d’or, des millions de croyants ont témoigné de sa véracité, et le livre est disponible pour toute analyse. Les détracteurs doivent soit rejeter le Livre de Mormon pour faire comme les autres, soit fournir une alternative crédible au récit de Joseph Smith ; récit stipulant qu’il a traduit le livre par le don et le pouvoir de Dieu.

Quels sont donc ces arguments avancés par nos détracteurs concernant l’origine du Livre de Mormon, et quelle est la réalité ?

Argument 1 : Joseph Smith, censé être un homme sans connaissances, a écrit le Livre de Mormon

En 1831 un pasteur du nom d’Alexander Campbell a avancé le fait que Joseph Smith a écrit le Livre de Mormon au lieu de le traduire :

Il n’a jamais existé de livre plus certainement écrit par la main d’un seul homme, et certainement conçu dans une seule boite crânienne…, que ce… livre… Je ne peux pas imaginer un seul instant que ce [Joseph Smith] ne soit pas son seul auteur et propriétaire. (3)

Campbell a aussi déclaré que “|Joseph était] la canaille la plus ignorante et la plus insolente qui ait jamais écrit un livre ». (4) Mais son affirmation que Joseph Smith, qui était « ignorant » et manquait de connaissances, ait pu écrire une œuvre telle que le Livre de Mormon semble si absurde à d’autres opposants qu’ils l’ont immédiatement écartée. Campbell lui-même, qui a avancé cette théorie l’a plus tard abandonnée au profit d’une autre alternative. (5)

Donc les premières théories concernant l’origine du Livre de Mormon ont commencé à se concentrer sur le fait que Joseph Smith, un homme sans connaissances, était simplement incapable d’écrire un livre aussi complexe. Après tout, il n’avait que vingt-trois ans, un simple fermier de l’ouest de l’Etat de New York, ayant fait très peu d’études. Par conséquent, les premiers opposants ont conclu qu’il devait y avoir une autre explication pour l’origine du Livre de Mormon que celle affirmant que Joseph l’avait écrit.

Argument 2: Quelqu’un d’autre l’a écrit

Pour cette raison, certains détracteurs ont proposé la théorie stipulant que Joseph Smith a conspiré avec quelqu’un ayant les connaissances, l’intelligence, et les compétences nécessaire pour écrire le Livre de Mormon. (6) L’un des candidats présumé pour cette tâche était Oliver Cowdery. Après tout, c’était un instituteur, un scribe, et plus tard un avocat. Mais un gros problème se présenta pour les détracteurs : Oliver n’a jamais affirmé avoir écrit quelque portion du livre que ce soit ; en fait, il a témoigné du contraire :

J’ai écrit avec mon propre stylo la totalité du Livre de Mormon (à l’exception de quelques pages) au fur et à mesure que les paroles sortaient de la bouche du prophète Joseph Smith, et qu’il le traduisait par le don et le pouvoir de Dieu… Ce livre est vrai. (7)

Bien qu’Oliver ait été excommunié de l’Eglise et qu’il se soit passé beaucoup d’années avant qu’il n’y revienne, il n’a jamais renié son témoignage, même sur son lit de mort. Par conséquent, cet argument reçoit peu de crédibilité aujourd’hui. (8)

Un autre candidat pour la rédaction du Livre de Mormon était Sidney Rigdon. C’était un pasteur protestant et un théologien. Mais la grande ironie de cet argument est qu’il s’est converti précisément grâce au livre qu’il est censé avoir écrit. Parley P. Pratt, un ancien membre de la congrégation de Rigdon, lui a présenté le Livre de Mormon en octobre 1830, environ six mois après la publication du livre. Existe-t-il des témoins pour la conversion de Sidney Rigdon par le Livre de Mormon ? Oui. En fait la preuve historique est puissante. (9)

Tout d’abord, la fille de Sidney Rigdon, Nancy Rigdon Ellis, avait huit ans lorsque Parley P. Pratt et Oliver Cowdery ont montré à son père une copie du Livre de Mormon chez eux. Elle a dit se rappeler de cet évènement en raison de la dispute qui s’en est suivie :

Je les ai vu donner le livre [à mon père], et je suis aussi certaine qu’il est possible de l’être qu’il ne l’avait jamais vu auparavant. Il l’a lu et l’a examiné pendant environ une heure et l’a ensuite jeté par terre disant qu’il n’en croyait pas un mot. (10)

Mais plus tard, il a accepté le Livre de Mormon, a rejoint l’Eglise et est devenu l’un de ses dirigeants.

Deuxièmement, le fils de Sidney Rigdon, John, a parlé à son père allongé sur son lit de mort : “[Père], tu me dois ainsi qu’à ta famille de dire [la vérité au sujet du Livre de Mormon].”

En d’autres termes, c’est le moment de parler ; soit totalement honnête avant de te présenter à la barre du jugement.

Le fils a ensuite raconté la réponse de son père : “Mon père m’a regardé pendant un moment, a levé sa main au-dessus de sa tête et a dit lentement, des larmes plein les yeux : ‘Mon fils, je peux jurer devant les cieux que ce que je t’ai dit concernant l’origine du livre est vrai.’ »

Suite à ce moment émouvant, le fils a dit : “Je l’ai cru”(11)

Plus tard, John a rejoint l’Eglise, et un autre argument est ainsi tombé à l’eau.

Argument 3: Le Livre de Mormon était un plagiat d’autres livres

D’autres opposants ont pris un autre angle d’attaque ; disant que Joseph Smith a plagié d’autres livre pour écrire le Livre de Mormon (au moins sa partie historique). L’une de ces théories affirmait que Joseph Smith a copié les manuscrits de Solomon Spaulding, qui était pendant un moment un pasteur protestant. Il s’agit d’un récit fictif de romains qui naviguaient vers l’Angleterre mais ont été poussés par les vents vers l’Amérique du Nord. Lorsqu’on a demandé aux opposants de présenter le manuscrit pour faire la comparaison avec le Livre de Mormon, ils ont comme par hasard prétendu qu’il était perdu. (12)

Mais après quelques années le manuscrit a été retrouvé en 1884 par un certain M. L. L. Rice. Il a retrouvé cette preuve soi-disant irréfutable dans les documents historiques personnels de l’un des opposants qui avait prétendu que le manuscrit était perdu. Connaissant le lien supposé avec le Livre de Mormon, M. Rice, M. James Fairchild et d’autres (dont aucuns n’étaient membres de l’Eglise), l’ont analysé et ont conclu : « [Nous] l’avons comparé avec le Livre de Mormon et n’avons repéré aucune ressemblance entre les deux dans son ensemble ou dans les détails ». (13)

Lorsque j’avais une vingtaine d’années, j’ai vu une notification du département historique de l’Eglise disant qu’il était possible d’acheter une copie du manuscrit de Solomon Spaulding pour un dollar. J’en ai commandé une copie et j’ai constaté également qu’il n’existait aucune relation entre les deux livres. (14)

Avec la chute de cet argument, les opposants ont affirmé que la source du Livre de Mormon était un autre livre intitulé View of the Hebrews, écrit par Ethan Smith en 1823. Ce livre était une tentative de prouver que les indiens d’Amérique étaient des descendants des dix tribus perdues d’Israël. (15) Les opposants prétendaient qu’il s’agissait de la base historique pour le Livre de Mormon.

Il y a un test simple à faire pour déterminer si le Livre de Mormon a été copié à partir de View of the Hebrews: comparez simplement les deux livres et décidez par vous-même. B.H. Roberts, l’un des plus importants spécialistes de l’Eglise, a dressé en toute honnêteté la liste des parallèles possibles (16) entre les deux livres, mais il en a tiré la conclusion suivante :

« Je pars du principe que notre foi est non seulement intacte mais inébranlable dans le Livre de Mormon, et nous pouvons donc regarder sans craintes tout ce qui est dit contre lui ». 

(17 ) Peu avant sa mort, Roberts a ajouté : « Ethan Smith n’a joué aucun rôle dans la composition du Livre de Mormon. » (18)

J’ai aussi lu View of the Hebrews et le Livre de Mormon. Il me suffit juste de dire que ces deux livres ont des objectifs et un style d’écriture totalement différents. Par exemple, L’objectif principal du Livre de Mormon est de témoigner de Jésus Christ et de sa doctrine. Le contexte historique n’est donc pas central, mais il constitue la musique de fond qui donne du contexte et met l’accent sur la doctrine. En revanche, l’objectif principal de View of the Hebrews est de connecter historiquement les indiens d’Amérique aux anciens Hébreux. De plus, View of the Hebrews est une série de citations indépendantes et de prétendues preuves pour sa théorie. D’un autre côté, le Livre de Mormon est une narration cohérente, l’histoire de familles et de prophètes qui avaient du mal à vivre selon la parole de Dieu. L’objectif et le style de ces deux livres est très différent.(19) N’importe quel lecteur honnête peut s’en apercevoir par lui-même.

Argument 4 : Joseph souffrait d’une maladie mentale

Ceux qui ont avancé cet argument prétendaient que cette maladie mentale a procuré à Joseph Smith des capacités et des compétences lui ayant permis d’écrire ce qu’il n’aurait pas pu écrire par lui-même autrement. (20)

En 1931, Harry M. Beardsley a écrit : « Le Livre de Mormon est le produit… d’un esprit affecté par les symptômes de la maladie mentale de démence la plus répandue à l’adolescence que l’on appelle parfois la schizophrénie. »

Il y a cependant certaines anomalies fatales pour un tel argument. Tout d’abord, il n’existe aucune évidence crédible que Joseph était affecté par une forme de maladie mentale. Ensuite, il n’existe pas de preuve substantielle démontrant qu’une telle condition physique ou mentale puisse miraculeusement donner à un écrivain novice tel que Joseph Smith, la capacité de devenir instantanément un écrivain expérimenté. Et pour finir, le livre ne comporte pas les caractéristiques d’une œuvre écrite par un malade mental. Même Fawn M. Brodie, une fervente opposante à Joseph Smith l’a reconnu :  

Les critiques récentes qui insistent que Joseph Smith souffraient d’hallucinations ignorent les preuves contraires difficiles à ignorer contenues dans le Livre de Mormon. La cohérence même du livre les fait mentir…

… Sa structure révèle une œuvre complexe, sa narration est tournée de manière cohérente, et il montre de bout en bout une constance dans son objectif. (22)

Comme vous pouvez l’imaginer, ces arguments affirmant que Joseph Smith souffrait d’une maladie mentale n’ont jamais eu beaucoup de crédibilité. (23)

Argument 5 : Joseph Smith était un génie créatif qui, influencé par son environnement, a écrit le Livre de Mormon

Cet argument est devenu l’un des principaux utilisé par beaucoup si ce n’est tous les détracteurs aujourd’hui. C’est un virage à 180 degrés par rapport aux hypothèses précédentes affirmant que Joseph était illettré, ignorant, et incapable d’écrire une telle œuvre par lui-même. En fait, nous revenons à l’argument avancé au début par Alexander Campbell en 1831, à la différence que Joseph Smith est maintenant considéré comme génial au lieu d’ignorant.

Fawn Brodie, sans doute la plus attachée à cet argument, a fait remarquer que Joseph Smith, le garçon fermier et sans connaissances, était un génie créatif qui, influencé par son environnement ainsi que des livres et documents historiques locaux, a personnellement écrit le Livre de Mormon. Chose étonnante, Fawn Brodie a écrit :

N’ayant jamais écrit une ligne de fiction, [Joseph Smith] s’est attelé à une tâche qui aurait intimidé le plus expérimenté des romanciers. Mais sans doute en raison de ce manque même d’expérience, il s’est lancé dans cette histoire. (24)

Lorsqu’on réfléchit à cette affirmation, c’est tout simplement ahurissant. Etait-ce cette même inexpérience qui l’a aidé à créer des centaines de noms, les mêlant aux situations les plus complexes, et enchevêtrant le tout dans une histoire cohérente enrichie de profonds points doctrinaux ? En reconnaissant l’inexpérience de Joseph, elle indique clairement l’improbabilité pour Joseph d’avoir écrit lui seul cette œuvre monumentale.

Toujours est-il que certains se sont laissés convaincre par cet argument dans sa totalité. Pourquoi ? Parce que l’alternative serait d’admettre que Joseph a traduit le Livre de Mormon par le don et le pouvoir de Dieu, chose qu’ils ne veulent absolument pas faire. Ces derniers ont ajouté un ingrédient supplémentaire à l’argument. Joseph Smith, disent-ils, à part être un génie, souffrait de narcissisme ou de trouble dissociatif ou de dépression. (25) Et nous revenons une nouvelle fois aux théories de troubles mentaux qui se sont révélées si peu convaincantes dans le passé. (26)

Pour expliquer l’histoire du Livre de Mormon, ces opposants affirment que Joseph a dû lire ou avoir dû bien connaitre un grand nombre de livres ou d’idées sur les mêmes thèmes. En fait, un auteur a suggéré que Joseph aurait pu lire ou récupérer des informations dans plus de trente livres dans les bibliothèques locales pour rassembler les informations nécessaires concernant les indiens d’Amérique. (27) L’idée est donc que ces livres, ou discussions sur les mêmes sujets dans les journaux et les conversations, ont constitué la base de la narration historique du Livre de Mormon. (28)

Comment peut-on contrer cet argument ? Voici une liste de questions qu’un homme honnête recherchant la vérité pourrait poser :

  • Existe-t-il une seule référence, juste une seule, dans les carnets ou les correspondances écrites de Joseph laissant supposer qu’il aurait pu lire ou parler de n’importe laquelle de ces sources historiques avant de traduire le Livre de Mormon ? Non.(29)
  • Existe-t-il des preuves qu’il a visité les bibliothèques ou ces livres étaient censés être ? Non.
  • Est-ce qu’Emma Smith, qui était son épouse, a mentionné le fait qu’il avait consulté l’un de ces livres avant la traduction du Livre de Mormon ? Non.
  • Y a-t-il des preuves que n’importe lequel de ces livres étaient présents lorsqu’il a traduit le Livre de Mormon ? Non.

Combien de “non” faut-il pour montrer que ces arguments ne sont que des suppositions, rien de plus que des châteaux de sable qui s’écroulent lorsque les premières vagues de questions honnêtes apparaissent.

Les détracteurs espèrent-ils vraiment nous faire croire que Joseph a cherché et étudié toutes ces ressources sur la vie des indiens d’Amérique ; qu’il a mémorisé les conversations sur le sujet ; qu’il  a écarté ce qui n’était pas pertinent ; organisé le reste en une histoire complexe impliquant des centaines de personnages, de nombreuses régions et des stratégies de guerres détaillées ; et qu’il l’a ensuite dicté avec une mémoire parfaite, sans avoir pris de notes (pas de brouillon, pas de fiches, rien du tout), chose reconnue même par ses opposants ? 30 Et pendant tout ce temps-là, personne ne se souvient l’avoir vu se rendre dans ces bibliothèques et rapporter ces livres chez lui, avoir des discussions à propos de ses recherches, ou écrire sur le sujet dans son journal intime.

Je vous le demande, ou sont les preuves ?

(1ère partie) article d’origine sur BYU speeches  écrit pas Tad R. Callister, traduit par Samuel Babin