Définition d’un chiasme (Le Larousse):

Chiasme: nom masculin, (grec khiasmos, disposition en croix). Disposition en ordre inverse de deux phrases syntaxiquement identiques, formant une antithèse ou constituant un parallèle. (Exemple: Un roi chantait en bas, en haut mourait un Dieu.)

Dans une série d’articles publiés sur le site Book of Mormon Central, Daniel Smith et ses collègues nous expliquent pourquoi les chiasmes contenus dans le Livre de Mormon sont une source d’authentification pour ce texte sacré.

Découverte des chiasmes dans le Livre de Mormon par John W. Welch

La découverte a été faite par John W. Welch le 16 août 1967. Welch était un jeune missionnaire en Allemagne à ce moment-là. Voici comment il les a découvert (traduction de l’article How was chiasmus discovered in the Book of Mormon effectuée par Nathalie):

Quelques heures avant l’aube du 16 août 1967, le jeune John W. Welch s’est éveillé avec une pensée retentissante dans la tête : “Si [le chiasme] est une preuve du style de la langue hébraïque dans la Bible, il doit être une preuve du style hébraïque dans le Livre de Mormon.”

À l’époque, Welch était un missionnaire qui servait à Regensburg, en Allemagne, et le chiasme était une ancienne technique littéraire dont il avait récemment entendu parler. Cette possibilité était attrayante ; Était-ce possible ? Ce jeune homme d’une vingtaine d’années pouvait-il être sur le point de faire une découverte considérable pour la recherche sur le Livre de Mormon ? Aujourd’hui, cinquante ans plus tard, il est évident que ce jour-là est devenu un moment décisif qui a influencé et enrichi les études sur le Livre de Mormon pour toujours.

Welch a été appelé à servir dans la mission du Sud de l’Allemagne, il est arrivé à Munich le 17 août 1966. Lorsqu’il servait dans la ville de Regensburg presque un an plus tard, Elder Welch et son collègue ont assisté à une conférence au Priester Regensburg Seminar (le «Séminaire des prêtres»). C’est lors de cette conférence que Welch a entendu parler pour la première fois d’un ancien type de parallélisme inversé, couramment utilisé dans la littérature hébraïque que l’on trouve dans la Bible, appelé le chiasme.

L’orateur faisait souvent référence à un nouveau livre qu’il avait lu récemment, publié par Paul Gaechter un an plus tôt, et intitulé Die literarische Kunst im Matthäus-Evangelium (L’art littéraire dans l’évangile de Matthieu). Après la conférence, les missionnaires se sont arrêtés à la librairie du coin où ils ont pu se procurer un exemplaire de la monographie de Gaechter.

La semaine suivante, alors que Welch relisait l’évangile de Matthieu en même temps que l’étude instructive de Gaechter, il a découvert la façon dont le chiasme fonctionnait à plusieurs niveaux dans Matthieu. Il a également appris que le parallélisme était important pour les auteurs bibliques car ils dépendaient souvent de la transmission orale et que ces modèles littéraires les aidaient à mémoriser leurs textes. Pour Gaechter, la présence de chiasmes dans l’évangile de Matthieu était la preuve qu’il était basé sur une « véritable source sémitique ».

Welch avait fini le livre de Gaechter quelques jours avant de se réveiller, ce matin d’août, avec la pensée saisissante de ce que le chiasme pourrait indiquer sur le Livre de Mormon. Alors Welch s’est levé et a pris son exemplaire du Livre de Mormon, en se demandant : Si c’est là, alors où ? Il s’est senti poussé à lire là où son collègue et lui s’étaient arrêter la nuit précédente, au milieu du discours du Roi Benjamin.

En lisant Mosiah 5, il a remarqué, au verset 11, le mot allemand « Übertretung » (transgression) qui apparaissait deux fois, l’un écrit sur la ligne juste au-dessus de l’autre. Welch a ensuite trouvé d’autres mots écrits en parallèles et des phrases répétées sur des lignes contiguës l’une sur l’autre. Au bout du compte, un modèle de chiasmes qui s’étalait tout au long de Mosiah 5:10-12 lui a sauté aux yeux de façon percutante.

10 Et maintenant, il arrivera que quiconque ne prend pas sur lui le nom du Christ

devra être appelé par un autre nom ;

c’est pourquoi, il se trouve à la gauche de Dieu.

11 Et je voudrais que vous vous souveniez aussi que c’est là le nom que j’ai dit que je vous donnerais,

qui ne serait jamais effacé,

si ce n’est par la transgression ;

c’est pourquoi, veillez à ne pas transgresser,

afin que le nom ne soit pas effacé de votre cœur.

12 Je vous le dis : Je voudrais que vous vous souveniez de toujours retenir le nom écrit dans votre cœur,

afin de ne pas vous trouver à la gauche de Dieu,

mais que vous entendiez et connaissiez la voix par laquelle vous serez appelés,

et aussi le nom par lequel il vous appellera.

Puis Welch s’est tourné à nouveau vers les premières pages du discours du Roi Benjamin, à la recherche d’autres occurrences de chiasmes. Il en a très vite trouvé une autre, Mosiah 3:18-19, le milieu exact du discours. Après s’être émerveillé devant ce qui se trouvait dans les paroles du Roi Benjamin, Welch s’est dirigé vers son collègue à l’autre bout de la chambre, il l’a réveillé et s’est écrié : « C’est là ! Il y a des chiasmes dans le Livre de Mormon ! » Welch s’est rappelé : « Ça a été un moment formidable. Depuis ce jour, j’ai ressenti de la gratitude que ma foi et mon témoignage aient été renforcés par la découverte immédiate de ces passages dans le Livre de Mormon ».

Le lendemain, le 17 août, la première année de mission d’Elder Welch depuis son arrivée en Allemagne a été considérablement marquée par sa découverte du chiasme dans le Livre de Mormon, marquant ainsi un point central de sa mission de deux ans. À partir de ce jour-là, il a commencé à partager sa découverte avec tout le monde, que ce soit aux nouveaux investigateurs de l’Eglise à peine rencontrés ainsi qu’aux érudits de la Bible.

Après avoir terminé sa mission, Welch a eu l’opportunité de rencontrer le Père Paul Gaechter, à Innsbruck, en Autriche, et de partager sa découverte avec lui. Welch se souvient avoir parlé avec lui pendant environ une demi-heure et, alors qu’ils se levaient pour partir, Gaechter lui a gentiment dit d’un ton « très sérieux et approbateur » : « Vous devez continuer votre travail sur le sujet. … Vous avez découvert l’oeuvre de toute une vie. » Welch est rentré de mission à la fin du mois d’août 1968, et moins d’un an plus tard, il a publié la toute première étude sur le chiasme dans le Livre de Mormon.

chiasmes dans le Livre de Mormon: une rencontre décisive

Tableau représentant John W. Welch rencontrant le Père Paul Gaechter.

Impact de cette découverte

La découverte du chiasme dans le Livre de Mormon a eu un profond impact sur les recherches académiques pour l’étude du Livre de Mormon en tant qu’ancien texte hébreu authentique. Aujourd’hui, 50 ans depuis la découverte de Welch du chiasme dans le Livre de Mormon, nous pouvons voir que sa découverte continue d’avoir une influence sur les publications savantes concernant le Livre de Mormon. Il y a une attention beaucoup plus grande sur le fait de considérer ce livre comme une œuvre littéraire magistrale et de l’étudier en tant que texte authentique datant de l’Antiquité.

Depuis ce jour, plusieurs autres exemples de chiasmes ont été trouvés dans le Livre de Mormon, et aussi bien des érudits SDJ que non-SDJ sont parvenus à mieux comprendre comment le chiasme est utilisé dans la Bible, le Livre de Mormon et d’autres textes anciens aussi bien de l’Ancien que du Nouveau Monde.

Afin de commémorer les cinquante dernières années d’études, une conférence de deux jours sur les chiasmes s’est déroulée sur le campus de BYU, sponsorisé par le Livre de Mormon, BYU Studies et autres sponsors. Des universitaires mormons et d’autres confessions ont pris la parole et expliqué la place des chiasmes dans les textes anciens.

Welch a parlé lors de la conférence:

« La découverte des chiasmes dans le Livre de Mormon ou dans la Bible appartient à chacun d’entre nous. Ils appartiennent à moi, à vous, aux Catholiques, aux Mormons, aux Protestants et aux Juifs. » Il poursuit, « J’espère que vous pourrez le voir comme une sorte d’expérience que nous avons tous en commun, des expériences montrent que nos chemins de vie se croisent avec la providence, réalisant des connections significatives et… présentant des choses à la fois anciennes et nouvelles. »

conférence sur les chiasmes, avec Elder Holland et John W. Welch

Elder Holland s’entretient avec John W. Welch àla suite de la conférence

Elder Jeffrey R. Holland du collège des Douze apôtres a parlé en dernier lors de la session de la conférence du Mercredi soir. Il a dit:

« En défendant la cause de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ, je crois que Dieu a l’intention que nous trouvions et que nous usions des preuves qu’Il a donné, des raisons si vous le voulez, qui affirment la véracité de Son oeuvre. » Et aussi: « Nos témoignages ne sont pas dépendants de preuves. Nous avons toujours besoin de cette confirmation spirituelle dans notre cœur sur ce dont on a parlé. Mais ne pas rechercher et ne pas reconnaître le support intellectuel et documenté pour nos croyances quand cela est disponible, c’est limiter inutilement une position théologique par ailleurs infiniment plus forte et nous priver d’un vocabulaire unique et persuasif sur la scène de la recherche religieuse et le débat sectaire de cette époque. »

Cette conférence a permis au public et aux érudits de renforcer leurs connaissances sur les textes anciens hébreux et du Proche-Orient. Si vous souhaitez lire l’intégralité du discours d’Elder Holland, il est disponible en anglais sur le site Mormonnewsroom.

 


Cet article a été écrit par Eolia à partir de différents articles (extraits traduits par Eolia sauf mention contraire):

Video on the Discovery of Chiasmus in the Book of Mormon

Article de Mormon Newsroom

How was chiasmus discovered in the Book of Mormon

Elder Holland Video: Defend the gospel with evidence

Does Chiasmus Prove Anything about the Book of Mormon?