Le 17 juin 1814, William Clayton est né à Lancashire en Angleterre. Il a appris l’évangile avec Heber C. Kimball et Orson Hyde et a émigré aux Etats-Unis, menant un groupe de convertis britanniques vers Sion. Quand il était à Nauvoo, Clayton a servi comme greffier et scribe pour le prophète Joseph Smith. Clayton est plus connu pour avoir écrit les paroles du cantique mormon populaire « Venez, venez, sans craindre le devoir ». Clayton était dans le premier groupe de Saints à quitter Nauvoo au cours de l’exode vers l’ouest, début février 1846.

Le cantique à été écrit alors que le groupe se reposait à Locust Creek dans l’Iowa. Le jour où il a écrit le cantique, le 15 avril 1846, Clayton a écrit ce qui suit dans son journal intime :

« La nuit dernière, je me suis levé pour faire la garde, parce que personne ne le faisait. Ce matin Ellen Kimball est venue me voir pour me souhaiter beaucoup de bonheur. Elle me dit que Diantha (l’épouse de Clayton qui n’avait pas encore quitté Nauvoo), avait accouché d’un fils. Je lui ai dit que je craignais que ce ne soit pas le cas, mais elle me dit que frère Pond avait reçu une lettre. Je suis allé chez frère Pond et il a lu qu’elle avait eu un beau garçon le 30 du mois. Vraiment, j’ai envie de me réjouir de cette information. J’ai passé la journée essentiellement à lire. L’après-midi, le président Young est venu nous voir et a trouvé des défauts sur nos chariots. Le soir l’orchestre a joué, suite à quoi nous nous sommes rendus dans ma tente pour faire un baptême social. Nous avons passé un très bon moment à jouer et chanter jusqu’à environ minuit et avons trinqué à la santé de mon nouveau fils. Nous l’avons appelé William Adriel Benoni Clayton ».

Puis, il écrit : « Ce matin j’ai composé une nouvelle chanson : ‘Tout est bien’. Je veux remercier mon Père Céleste pour mon fils. J’espère que mon épouse sera rapidement sur pieds ». C’est tout ce que William Clayton a écrit sur ce cantique.

Il est intéressant de noter que le cantique, bien qu’inclus évidemment dans le livre de cantique moderne de l’Eglise, apparaît également dans un livre de cantiques Protestant pour l’Eglise unie du Christ. Une troisième version fait référence à l’exode vers l’ouest. Une autre version a été écrite pour les Adventistes du septième jour. Vous pouvez regarder une version du cantique (en anglais) plus bas par le Cœur du Tabernacle.


Article écrit par Aleah Ingram et publié dans LdsDaily sous le titre The true story behind  » Come come ye Saints », traduit par Samuel Babin.

 

(Visited 124 times, 1 visits today)