L’histoire de la destruction de la ville de Sodome : pourquoi il est important pour nous d’y regarder de plus près

Pendant bien trop longtemps, les gens de foi ont considéré la destruction de Sodome comme étant simplement une histoire pour mettre en garde contre l’immoralité, particulièrement concernant les relations homosexuelles. Non seulement cet état d’esprit crée une mentalité du « nous contre eux » envers les homosexuels, mais cela nous fait passer à côté de la vraie leçon : les péchés de Sodome étaient nombreux, et nous avons tous besoin de nous en repentir.

Le prophète Ezechiel, parlant pour Dieu, a enseigné : Voici quel a été le crime de Sodome, ta sœur. Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l’indigent. Elles sont devenues hautaines, et elles ont commis des abominations devant moi. Je les ai fait disparaître, quand j’ai vu cela. (Ezechiel 16 : 49-50 caractères gras ajoutés)

L’orgueil, l’oisiveté, ne pas aider les pauvres et les malheureux, le dédain et les abominations. Ces péchés sont peu mentionnés lorsqu’on parle de l’histoire de Sodome, et pourtant ils sont très présents dans notre société et, si nous n’y prenons pas garde, dans nos vies.

L’orgueil 

Alma a enseigné: Voici, êtes-vous dépouillés de l’orgueil ? Je vous le dis, si vous ne l’êtes pas, vous n’êtes pas préparés à rencontrer Dieu. Voici, vous devez vous préparer rapidement ; car le royaume des cieux est proche, et un tel homme n’a pas la vie éternelle. » (Alma 5 : 28)

Le président Benson a expliqué que l’orgueil est l’inimitié (opposition, hostilité) envers Dieu et envers notre prochain. C’est opposer notre volonté à celle de Dieu. Il explique que « les orgueilleux ne peuvent pas accepter l’autorité de Dieu qui leur donne une direction dans leur vie. Ils opposent leurs perceptions de la vérité à la grande connaissance de Dieu, leurs capacités contre le pouvoir de la prêtrise de Dieu, leurs accomplissements contre Ses œuvres puissantes ». (Beware of Pride, Conference Générale, avril 1989).

Remettons-nous en cause et critiquons-nous publiquement les enseignements des prophètes et apôtres du Christ ? Prétendons-nous avoir des connaissances spéciales concernant la volonté réelle de Dieu ? Nous opposons-nous ou empêchons-nous ceux autour de nous de progresser ? Si c’est le cas, nous sommes coupables d’un des péchés de Sodome.

L’oisiveté

Tu ne seras pas paresseux, car le paresseux ne mangera pas le pain et ne portera pas les vêtements du travailleur. » (D&C 42 :42)

Assurément, l’évangile laisse beaucoup de place pour le divertissement, l’amusement et le repos. Le président Brigham Young a enseigné : « Le Seigneur ne m’a jamais commandé de danser, et pourtant j’ai dansé…. Je ne pense pas qu’il ait jamais commandé aux garçons d’aller jouer avec un ballon, et pourtant il le permet. Que je sache, il ne nous a jamais commandé de construire un théâtre, mais il l’a permis, et je peux en donner la raison. L’amusement et le divertissement sont autant nécessaires à notre bien-être que les autres activités de la vie » (DBY, 238)

Cependant, ces choses peuvent se montrer excessives lorsqu’elles nous détournent des choses essentielles de la mortalité. Lorsque nous passons à côté d’opportunités de rencontres, de service et de progression, et quand nous ne servons pas nos voisins et le Seigneur, nous sommes tombés dans l’oisiveté.

Elder Dallin H. Oaks a fait cette mise en garde : “Réfléchissez à la façon dont nous utilisons notre temps… par notre choix des émissions télévisées, des jeux vidéo, de l’Internet, ou des livres et des magazines que nous lisons. Bien sûr, il est bon de  regarder des divertissements sains ou d’obtenir des informations intéressantes. Mais les choses de ce genre ne valent pas tout le temps que nous leur consacrons… Certains jeunes s’amusent à mort. La mort spirituelle » (Bon, mieux, encore mieux, Conférence Générale, octobre 2007)

Souvenez-vous du conseil du président Gordon B. Hinckley : « Ce que je suggère, c’est que nous passions moins de temps dans l’oisiveté à regarder des émissions de télévision stériles, ineptes et creuses. Le temps passé à cela peut être employé avec plus de profit ailleurs, avec des résultats merveilleux ». (Nous avons une œuvre à accomplir, Conférence Générale, avril 1995).

à Sodome, les gens n'aidaient pas les nécessiteux

Ne pas aider les pauvres et les nécessiteux

Est-ce que nous ne payons pas d’offrandes de jeûne généreuses ? Refusons-nous d’aider les gens en difficulté dans nos communautés ? Si c’est le cas, nous sommes coupables d’un des péchés de Sodome et en encourons le jugement de Dieu.

Le roi Benjamin a enseigné: Et si vous jugez l’homme qui vous adresse sa supplication pour obtenir de vos biens afin de ne pas périr, et le condamnez, à quel point votre condamnation ne sera-t-elle pas plus juste pour avoir refusé vos biens, qui appartiennent non pas à vous mais à Dieu, à qui appartient aussi votre vie » (Mosiah 4 :22). Il a aussi enseigné qu’aider les pauvres est nécessaire pour « conserver le pardon des péchés » (Mosiah 4 :26)

N’oublions jamais l’exemple de notre Sauveur, ni la priorité qu’il a donné au fait d’aider, d’élever et de servir les pauvres. Payer des offrandes de jeûne généreuses et contribuer au fond d’entraide de l’Eglise sont un bon début, mais nous ferions bien « d’élever là où nous sommes », en donnant de notre temps et de nos ressources dans nos communautés quand c’est possible.

Le dédain

Le dédain est le fait d’être arrogant et de se croire supérieur. Nous plaçons-nous au-dessus de ceux qui ne partagent pas notre foi ? Insultons-nous ceux dont les tendances politiques diffèrent des nôtres ? Jugeons-nous ceux qui « pèchent différemment de nous » ? Si c’est le cas, nous sommes coupables d’un des péchés de Sodome.

Nous lisons dans le Livre de Mormon qu’Alma et d’autres dirigeants de prêtrise justes :

« Voyaient et observaient avec une grande tristesse que ceux du peuple de l’Église commençaient à être enflés dans l’orgueil de leurs yeux, et à mettre leur cœur dans les richesses et dans les choses vaines du monde, et qu’ils commençaient à être dédaigneux les uns envers les autres, et qu’ils commençaient à persécuter ceux qui ne croyaient pas selon leur bon plaisir.

Et ainsi … il commença à y avoir de grandes querelles parmi le peuple de l’Église ; oui, il y eut de l’envie, et de la discorde, et de la malice, et des persécutions, et de l’orgueil, au point même de dépasser l’orgueil de ceux qui n’appartenaient pas à l’Église de Dieu.

Et ainsi finit la huitième année du règne des juges ; et la méchanceté de l’Église était une grande pierre d’achoppement pour ceux qui n’appartenaient pas à l’Église ; et ainsi, l’Église commença à fléchir dans ses progrès. » (Alma 4 : 8-10)

L’abomination

L’abomination est définie dans le dictionnaire biblique comme “toutes… pratiques immorales”. Ceux qui limitent l’abomination aux péchés graves commis par les autres doivent regarder dans le miroir et élargir leur définition.

L’abomination est le résultat de toutes pratiques immorales. Tous les péchés que nous commettons, à chaque fois que nous nous tournons contre Dieu, nous commettons un « péché de Sodome ». Les abus en tous genres, mentir, voler, la violence, la consommation de drogues, la pornographie, la masturbation, l’infidélité, et beaucoup d’autres tombent dans cette catégorie.

Le Roi Benjamin l’a bien écrit : Et finalement, je ne peux pas vous dire toutes les choses par lesquelles vous pouvez commettre le péché ; car il y a divers voies et moyens, oui, tant que je ne peux les énumérer. Mais il y a une chose que je peux vous dire, c’est que si vous ne veillez pas à vous-mêmes, et à vos pensées, et à vos paroles, et à vos actes, et n’observez pas les commandements de Dieu, et ne continuez pas dans la foi de ce que vous avez entendu concernant la venue de notre Seigneur jusqu’à la fin de votre vie, vous périrez. Et maintenant, ô homme, souviens-toi, et ne péris pas. » (Mosiah 4 : 29-30)

La bonne nouvelle

Jésus-Christ a expié pour nos péchés. Nous n’avons pas à souffrir le sort de Sodome, littéralement et figurativement. Nous sommes toujours ici, et nous ferions bien de suivre l’invitation du Seigneur :

Ô vous tous qui êtes épargnés …, n’allez-vous pas maintenant revenir à moi, et vous repentir de vos péchés, et être convertis, afin que je vous guérisse ? Oui, en vérité, je vous le dis, si vous venez à moi, vous aurez la vie éternelle. Voici, le bras de ma miséricorde est étendu vers vous, et celui qui viendra, je le recevrai ; et bénis sont ceux qui viennent à moi. (3 Néphi 9 : 13-14).

Comme c’était le cas avec le peuple de Sodome, le Christ veut nous racheter. Il veut nous guérir. Il veut nous préserver. Nous devons seulement reconnaître quels péchés de Sodome sont en nous, et accepter Son aide pour nous en repentir.

 


Article écrit par Jonathan Decker (thérapeute familial) dans ldsliving.com sous le titre How We Are Getting This Iconic Scripture Story All Wrong + Why It’s Important for Us to Take a Closer Look. Traduit par Samuel Babin. ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company | English ©2017 LDS Living, A Division of Deseret Book Company

(Visited 693 times, 1 visits today)