Lorsque ma mission arrivait à son terme, mon président de mission a tenu une conférence de zone. Il rentrait chez lui ce transfert-là et il l’a terminé avec un Q/R (= une session de questions:réponses). Je me souviens parfaitement d’une question en particulier. Elder Hansen, de l’Idaho, s’est levé et, avec un très fort accent de la campagne, il a demandé : “Président Wilkey, comment ne pas devenir inactif lorsque je rentrerai chez moi?” Ce à quoi le Président Wilkey a répondu : “Elder Hansen, est-ce que vous trayez une vache à moitié?” J’ai vu une lumière s’allumer dans les yeux d’Elder Hansen et il a répliqué “J’ai compris, Président!” et il s’est rassit. Cet échange m’a laissé perplexe. Mais je m’en suis toujours souvenu.

Aujourd’hui, cela fait presque 5 ans que je suis rentré de mission et j’ai rencontré des centaines de membres inactifs. Plusieurs d’entre eux sont d’anciens missionnaires qui sont petit à petit devenus non-pratiquants, certains ont toujours un témoignage mais ils se sont éloignés de l’Église. La question d’Elder Hansen résonne encore dans mes oreilles :  “Que peut-on faire pour ne pas devenir inactif?” La réponse : “Est-ce que vous trayez une vache à moitié?” est vraiment la bonne réponse à cette question. Après avoir médité sur cette question pendant plusieurs années, je l’ai enfin comprise. Laissez-moi vous expliquer. Traire une vache, c’est un engagement, si vous trayez une vache à moitié, au final, vous allez détériorer sa capacité à produire du lait, la rendant ainsi bonne à rien. Nous faisons la même chose à notre vie spirituelle lorsque nous sommes des disciples à moitié, ou “tiède” comme le dit Jean dans Apocalypse 3:16. Donc voici 4 moyens pour faire en sorte de traire vos vaches jusqu’au bout (être un disciple à part entière).

 

Premièrement : Priez souvent et de tout votre coeur.

Si Satan enseigne aux hommes à ne pas prier et que nous ne cessons tout simplement pas, alors la tactique suivante de Satan consiste à faire en sorte que les hommes prient sans y mettre tout leur coeur. En tant qu’ancien missionnaire, j’ai remarqué que le plus grand changement dans ma vie quotidienne se trouve dans mes prières. Lorsqu’on est missionnaire, on est confronté à des probabilités impossibles, on savait que le seul espoir pour plusieurs de nos investigateurs était un miracle, alors nous nous sommes agenouillés pour prière avec foi et nous avons imploré notre Père céleste pour qu’il y ait un miracle. Nous avons prié pour que d’autres acceptent l’Evangile, nous avons prié pour eux nominativement et pour les besoins de chacun. Dans nos prières, nous avons déversé toute notre âme à Dieu en faveur de ceux que nous aimions.

Non seulement nous avons prié de toute notre âme, mais nous avons aussi BEAUCOUP prié. On priait dès qu’on se levait, on priait avant le petit déjeuner, avant l’étude personnelle, avant l’étude entre collègues, avant de sortir de l’appartement, avant le déjeuner, avant le dîner, et avant chaque leçon pendant notre journée, on priait avant de planifier notre journée du lendemain et on priait en équipe et individuellement, le soir. On priait au moins 10 fois par jour.

Mais après la mission, il est facile d’“être occupé” et d’“oublier” de prier, tandis que nous nous dépêchons pour aller au travail, aux cours ou pour sortir de la maison parce que nous nous sommes rendormis et que nous sommes en retard. Nous trayons nos vaches à moitié lorsque nous oublions de prier et que nos prières se transforment en une répétition de mots sous forme de prière. Nous trayons nos vaches jusqu’au bout lorsque nous prions pour les autres nominativement et selon leurs besoins. Toutes les prières ne doivent pas durer 10 minutes, mais le soir il serait sage d’expliquer nos actions quotidiennes à notre Père céleste, de nous repentir de nos péchés et de prier pour ceux que nous aimons.

“Prier pour autrui de toute l’énergie de notre âme augmente notre capacité d’entendre et de suivre la voix du Seigneur.” – David A Bednar

 

Deuxièmement : Étudiez les Écritures et les paroles des prophètes.

 En mission, nous apprenons à étudier et nous nous réservons du temps pour étudier l’Evangile avec profondeur. Une heure tous les matins pour l’étude personnelle et une heure pour l’étude en équipe. Après la mission on comprend vite qu’il n’est tout simplement pas réaliste de concilier deux heures d’étude de l’Evangile avec les exigences du travail, des cours, de la famille et de la vie sociale, pour un étudiant universitaire.

On commence à traire les vaches à moitié lorsque, au lieu d’étudier les Écritures, nous lisons juste un verset avant d’aller au lit ou quand nous manquons carrément de les lire pendant un jour.

Nous pouvons traire notre vache jusqu’au bout en sacrifiant quelque chose pour faire de la place dans notre emploi du temps en faveur d’une étude plus consistante des Écritures. Commencez par faire en sorte de, au moins, lire ou écouter les Écritures puis progressez vers une étude. Personnellement, j’ai eu du mal avec cela pendant mes deux premières années à la maison jusqu’à ce que je réalise quelque chose : J’écoute BEAUCOUP de musique quand je conduis et quand je suis au fitness. Je me suis demandé ce qui se passerait si je remplaçais juste un peu de cette musique-là par les Écritures? La différence a été stupéfiante, l’Esprit a pris une place dans ma vie beaucoup grande que ce que j’avais ressenti depuis que j’étais rentré de mission.

Puis cette idée m’est venue en tête : « Et si j’écoutais les discours de la conférence générale pendant que je suis fitness? » Alors, l’année passée, je me suis fixé le but d’écouter 1000 discours de conférence. Chaque jour pendant que je m’entraînais au fitness j’écoutais les discours de conférence et j’ai réussi. Cette année j’ai renouvelé mon objectif des mille discours. Pendant que j’écoute ces discours je m’arrête et copie mes phrases préférées, puis je les envoie à mes amis. Nous pouvons tous traire nos vaches jusqu’au bout en nous immergeant dans les Écritures et en les étudiant avec plus de détermination.

“Je vous promets que, si vous étudiez tous les jours le Livre de Mormon en vous aidant de la prière, vous prendrez tous les jours de meilleures décisions.” – Russell M. Nelson

 

Troisièmement : Allez à l’Eglise.

Dans un monde où nous sommes attaqués de toutes parts, jour après jour, l’idée que nous n’ayons pas besoin d’un ressourcement chaque semaine est absurde. Nous avons besoin d’une recharge spirituelle qui vient d’une véritable assistance à l’Eglise. Le véritable culte du sabbat se produit lorsque nous renouvelons nos alliances en prenant la Sainte-Cène, recevons des révélations et que notre témoignage est renforcé. Mais bien trop souvent les réunions de l’Église ne réussissent pas à recharger complètement nos batteries spirituelles. Cela se produit parce que nous trayons nos vaches seulement à moitié et, par conséquent, il se peut que nous n’accordions peu ou pas du tout de valeur au fait d’aller à l’église. Alors que peut-on faire pour traire nos vaches jusqu’au bout et nous recharger à l’Eglise? Tout d’abord, je ne vais pas vous dire que toutes les réunions sont bien; parce que très franchement, j’ai déjà assisté à quelques réunions qui étaient horribles. Mais juste parce que la réunion était horrible cela ne signifie pas que vous ne devez pas assister aux réunions et qu’elles ne peuvent pas vous recharger. Lorsque vous êtes dans une réunion de l’Église que vous trouvez ennuyeuse ou inintéressante, essayez ce qui suit :

  1. Mettez votre téléphone/tablette en mode Uchtdorf. (mode avion)
  2. Essayez de regarder autour de vous et de voir si quelqu’un a l’air seul ou triste, prenez ce moment pour utiliser le don du discernement. Lorsque nous cherchons des occasions de servir, le Seigneur nous en donne.
  3. Essayez de lire les Écritures. Mais, la version papier, pas celle qui se trouve dans votre téléphone.
  4. Si le discours ou la leçon est ennuyeuse, essayez d’écrire vos pensées sur le sujet. Certaines de mes révélations personnelles me sont parvenues lorsque j’écrivais mes pensées sur les sujets dont on parlait. (Essayez de ne pas le faire sur un appareil électronique car cela distrait les autres).

Suis-je le parfait exemple pour cela? Non, loin de là. Mais lorsqu’on suit ces quatre idées, elles peuvent nous aider à traire vos vaches jusqu’au bout! Elles peuvent même transformer un discours ennuyeux en une recharge spirituelle.

“Le culte est un élément essentiel et central de notre vie spirituelle. C’est quelque chose que nous devons désirer ardemment, que nous devons rechercher et nous efforcer de vivre.” – Bishop Dean M. Davies

 

Quatrièmement. Ne soyez pas égoïste avec votre assistance au temple.

 Si un non-membre venait vers vous aujourd’hui et vous demandait de se faire baptiser, l’ignoreriez-vous et lui diriez-vous : “Je suis trop occupé?” Cette idée-même est ridicule! Pourtant combien de fois avez-vous été trop occupé pour aller au temple et accomplir cette oeuvre sacrée pour quelqu’un qui est en train de l’attendre de l’autre côté du voile? On nous encourage à y aller aussi fréquemment que possible.

Nous trayons nos vaches à moitié lorsque nous sommes égoïstes avec le temps que nous nous sommes déjà engagés à consacrer. Une autre façon de traire nos vaches à moitié est lorsque nous sommes égoïstes avec les ordonnances que nous sommes prêts à faire. Je connais beaucoup de jeunes adultes qui refusent de faire des scellements jusqu’à ce qu’ils soient mariés même si, la plupart du temps, le temple sollicite des participants pour les scellements parce qu’ils en ont besoin. Sommes-nous si égoïstes que nous refusons de donner à quelqu’un d’autre la bénédiction d’avoir une famille éternelle jusqu’à ce que nous ayons reçu cette bénédiction nous-mêmes? Allons plus souvent au temple, faisons-le régulièrement et participons à toutes les ordonnances, c’est ainsi que nous pouvons traire complètement notre vache.

“Participons-nous régulièrement à toutes les ordonnances du temple et de ce fait recevons-nous toutes les bénédictions de l’œuvre par procuration pour nos ancêtres?” – Ezra Taft Benson

 

Conclusion

Soyez des disciples à temps complet et trayez vos vaches jusqu’au bout!

 Donc, comment faire en sorte de rester pleinement actif dans l’Église du Seigneur afin de recevoir les nombreuses bénédictions que le Seigneur a en réserve pour nous dans cet endroit? La réponse consiste à traire votre vache jusqu’au bout! Lorsque nous ne sommes engagés vis-à-vis du Seigneur qu’à moitié et que nous trayons nos vaches à moitié il arrivera bientôt un moment où nous aurons l’impression que l’Evangile ne marche pas et nous allons sombrer petit à petit dans l’inactivité. Mais lorsque nous trayons nos vaches jusqu’au bout, nous ne deviendrons jamais inactifs dans l’Evangile de l’Église. Ces réponses ne sont pas nouvelles mais elles sont vitales.

“Lorsque nous nous faisons baptiser, nous sommes complètement immergés en symbole de notre promesse de suivre complètement le Seigneur, non pas à moitié seulement. Lorsque nous sommes «pleinement engagés», les cieux sont ébranlés pour notre bien. Lorsque nous sommes tièdes ou engagés de façon partielle, nous nous privons de certaines des plus belles bénédictions des cieux.” Elder Gary B. Sabin

 


La version originale de cet article a été écrite par Jeremy Goff, publiée sur mylifebygogogoff.com et traduite par Nathalie.